Les plantes fourragères sont destinées à nourrir en principe les animaux. Elles sont constituées de légumineuses et de graminées. Ce sont des plantes annuelles, bisannuelles ou vivaces. Elles sont laissées en pâturages ou fauchées.

La diversité au service de l’environnement

Les plantes fourragères repoussent à l’état naturel. Néanmoins, on peut se servir également de la semence fourragère. Les semenciers grâce à leurs sélections offrent de nouvelles variétés. Elles sont robustes et adaptées à plusieurs terroirs. Les plantes fourragères sont semées dans les champs pour servir de nourriture aux moutons, aux chevaux et aux vaches. Ces animaux les consomment sous forme de foin ou directement sur place. Les légumineuses apportent en quantité suffisante des protéines alors que les graminées sont riches en sucres et en fibres. Les animaux ont droit dès lors à un régime alimentaire équilibré, sain et varié. En dehors de leur apport nutritionnel, elles procurent plusieurs bénéfices environnementaux. Certaines plantes fourragères mettent les sols à l’abri du lessivage de nitrates. D’autres variétés sont implantées dans le but de combattre les effets de l’érosion. Elles sont utilisées pour retenir et dégrader les résidus de pesticides et d’engrais chimiques. Elles assurent l’hébergement de la petite faune. explique le spécialiste. Les jachères mellifères par exemple ont pour but de procurer du pollen pour assurer la santé des abeilles. Elles produisent en outre du nectar, nécessaire pour fabriquer du miel. Les butineuses se délectent dans les fleurs de sainfoin, de luzerne, de trèfle et de vesce. Elles adorent les légumineuses. Les plantes fourragères servent de couvert et de gîte pour les gibiers. Elles rendent comme service à l’écosystème les bandes enherbées.

Les critères de choix d’une plante fourragère

Principalement pour les animaux, les éleveurs se doivent de réaliser un parfait mélange de plantes fourragères. La règle de sélection est la détermination des besoins réels et exacts de l’exploitation. Il faut réaliser une prévision du temps de couvert végétal pour la prairie. On détermine ainsi le moment idéal pour les semis. Les critères déterminants pour choisir les semences sont le type de sol, les conditions climatiques, la vitesse d’implantation, l’exposition de la parcelle et la valeur nutritive de la plante.

Quelques plantes fourragères au service de l’environnement

Le ray grass anglais peut être semé en milieux continentales humides et océaniques. Il germe et se développe assez rapidement. Il procure une bonne valeur nutritive aux animaux. Il peut rester en place durant 8 années. Le ray-grass d’Italie est très prisé par les éleveurs en raison de ses nombreux avantages. Il est assez productif et fait face surtout à la sécheresse. Il a une durée de vie de 24 mois. Le dactyle convient aux sols trop drainés. Il est riche en protéines et a une pérennité de 8 années. La fétuque élevée a des racines profondes. Elle s’associe facilement aux légumineuses telles que la luzerne et le trèfle. Elle peut pousser durant 10 ans. Le brome est une plante fourragère très productive avec une excellente valeur nutritive. Il a une durée de vie allant à 4 ans. La luzerne participe à l’amélioration de la structure des sols. Elle restitue l’azote et produit de minéraux, de protéines et d’oligoéléments sur 10 ans. Le trèfle est cultivé pour son apport en sucres.

L’environnement fait face à des assauts quotidiens en raison des agissements des humains. Face à sa dégradation avancée, il existe des solutions pour l’agriculture et l’élevage en général. C’est le cas des plantes fourragères.

Catégories : Environnement



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un outil francophone pour votre Communication digitale